• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Voyage en Creuse (suite)

Posté par randowf le 27 février 2009

Voyage en Creuse (suite)

.creuseoradour014.jpg creuseoradour003.jpg creuseoradour007.jpg creuseoradour008.jpg creuseoradour011.jpg

Près de deux mois pour écrire la suite….le temps de laisser passer une certaine émotion et aussi une certaine colère face des évènements vieux il est vrai de plus de soixante ans. Le lendemain de notre arrivée à Saint-Frion fut consacré à ne …rien faire…après tout nous étions en vacances. Le calme de l’endroit était parfait pour cette activité et l’absence de bruit favorable à ce repos mérité. Je crois que lors d’une prochaine escapade d’autant de kilomètres, nous ferons le trajet en deux étapes, la noirceur se levant tard et se couchant tôt fut un désagrément dur à assimiler, le fait de conduire seul fut aussi particulièrement malaisé pour la concentration des dernières heures. Le lundi 22 décembre, après une nuit de repos calme et profonde et un petit déjeuner sans le stress des journées de travail, nous établissions un projet de semaine. Afin de se familiariser avec la région proche, c’est à pied que nous partons pour Felletin, nous croisons le propriétaire du gîte qui nous indique quoi découvrir au long de notre balade. Le temps est superbe pour la saison, ciel d’un bleu…de France et température juste au dessus du zéro, pour la marche rien de mieux. A midi nous sommes à Felletin et après le passage à un bar-tabac (pour le journal) et au S.I. pour que Anne prenne de la doc, nous découvrons la boulangerie vantée par notre loueur pour son gâteau aux noisettes (Une des spécialités de la Creuse) et ses pains, que seuls savent produire les français (format, mie aérée, graisse absente de la préparation,…et une croûte au goût inimitable) cela restera toujours un mystère pour moi. La route cela… creuse, nous cherchons un endroit où nous restaurer et trouvons un restaurant fermé mais qui est ouvert pour faire plaisir à deux clients et qui nous accepte pour un « repas d’ouvrier », c’est typique de la région, une entrée, un plat, un dessert….et le prix qui varie de 10 à 12 euros…génial et en supplément la sympathie de la patronne et de sa fille. Saumon et mayonnaise de légumes, veau en sauce et énorme gâteau…le tout avec un petit apéro et du vin et les « grands cafés », l’addition à 45€ avec le pourboire. La route du retour fut un peu moins rapide que celle du départ du chalet mais les paysages se découvrant sur les monts d’Auvergne étaient superbes (neige aux sommets). Mardi 23 décembre, c’est le jour que nous avons décidé pour un détour en Haute-Vienne et la visite d’Oradour sur Glane (282 km aller/retour). J’avais beaucoup lu sur le drame d’Oradour, je voulais aller sur place, voir ce que des hommes (en étaient-ils encore) y avaient accomplit. Malheureusement le Centre récemment érigé était fermé, nous n’avons donc pas eu accès aux salles consacrées à cette abomination. Par contre le village était accessible et nous avons, Anne et moi découvert un véritable sanctuaire, le temps, malgré soixante années passées, semble s’être arrêté en cette matinée du 10 juin 1944. Pas un bâtiment n’a résisté à la fureur des nazis (2ème division panzer « Das Reich », 3ème compagnie SS « Der Fürher ») dont certains étaient « alsaciens » ? Ici et là des témoignages muets (vélos, machines à coudre, outils divers, voitures,….) interpellent considérant que le repas de midi terminé, certains s’en retournant vers l’école, les travaux des champs, les occupations professionnelles allaient se jeter dans la gueule des loups. Je suis reparti d’Oradour avec la haine au ventre ….il y a en en flamanderie au nord de la Belgique des gens qui lèvent encore aujourd’hui le bras en salut à ces assassins fanatiques. C’est pourquoi, nous wallons de souche latine, francophiles devons au plus tôt rejoindre la France. Ce sera mon combat dès à présent. Le 24 décembre fut consacré aux courses (en voiture) de Noël et à une soirée de calme et de réflexion par rapport à la visite de la veille.  Le 25 décembre fut en dehors d’une petite balade digestive consacrée à découvrir la nature autour du gîte livré au seul repos. Le 26 décembre à Felletin est jour de « marché » malgré l’hiver et le froid, certains meublaient la place, avec les nombreux gâteaux aux noisettes achetés pour les parents et amis, j’ai acheté (j’en rêvais depuis longtemps) un superbe béret de type basque et…..deux douzaines d’escargots en coquille de pâte (je cherche depuis en wallonie ce type de support) que nous avons dégustés en nous léchant les doigts au long de la soirée. Le lendemain, après congé du loueur et cadeaux en échange, nous sommes repartis vers notre belle wallonie. Problèmes sur l’autoroute….et après le départ à 09h10 nous étions de retour à 20h40 (crevés). 

Nous avons récupéré « Baccarat » chez Nathalie le lendemain.              

Publié dans famille, histoire, Loisirs, nature | Pas de Commentaire »

La tarte au sucre à la manière de ma Grand-mère

Posté par randowf le 27 février 2009

La tarte au sucre à la manière de ma grand-mère 

 

Préparation de la pâte. 

 

Diluer la levure dans le lait légèrement tiède et bien mélanger. 

Ajouter le beurre travaillé, la farine, les jaunes d’œufs et le sel. 

Travailler la pâte à la cuillère en bois ou avec les doigts, elle doit être homogène et se décoller du plat. 

Recouvrir d’un linge et laisser reposer la pâte +- 45 minutes. 

Après, fariner le plan de travail et abaisser la pâte au rouleau ou avec une bouteille propre. 

Beurrer le moule à tarte, y placer la pâte en l’étendant bien. 

Préchauffer le four +- 200° et encore laisser reposer la pâte +- 15 minutes au frais (frigo, cave,..). 

Placer un papier sulférisé ou alu sur le fond de la pâte et ensuite recouvrir de petits pois secs ou haricots secs de façon à ne pas laisser monter le fond de pâte pendant que l’on cuit le tout pendant +- 15 minutes. 

 

Préparation de la garniture. 

 

Verser l’œuf et la cassonade dans un bol et bien battre le tout (fourchette, fouet,..). 

Faire fondre le beurre (micro-onde). 

Ajouter le beurre et le lait à la première préparation et remélanger le tout. 

Sortir la pâte du four et la garnir de la préparation. 

Placer le four à +- 180° et faire cuire pendant +- 20 minutes. 

On peut manger la tarte chaude ou froide. 

 

Ingrédients (pâte) : 40 cl de lait, 10 grammes de levure, 75 grammes     

                                 de beurre en pommade, 250 grammes de farine. 

                                 2 jaunes d’œufs, 1 pincée de sel et 1 cuillère à 

                                 Soupe de sucre. 

 

                   (garniture) : Un œuf, 25 grammes de beurre, 175 grammes 

                                        de cassonade blonde, 10 cl de lait, un peu de 

                                        sucre. 

 

Bon appétit. 

                                                                        

Publié dans recette de terroir | Pas de Commentaire »

Boulets à la liegeoise comme les préparait ma grand-mère.

Posté par randowf le 27 février 2009

Boulets à la liégeoise comme les faisait ma grand-mère. 

En sa mémoire……..SALUT MA VIEILLE BOBONNE. (Décédée à 102 ans). 

Ingrédients : 

Pour six beaux boulets. (Recette donnée en 1996 par ma chère grand-mère). 

750  grammes de hachis porc et bœuf. 100 grammes de mie de pain (pas prendre la croûte) ou 2 biscottes de chez « paquot à Yvoz-Ramet». (maintenant Anco, je crois). 

Deux belles échalotes. Dix cl de lait de ferme. 

Un œuf entier. Une pincée « des qwâtes spèces d’amont Dewandre »  (4 épices de chez Dewandre à Jemeppe/Meuse).). 

Une cuillère à café de marjolaine séchée ou une cuillère à soupe de fraîche. Du sel, poivre du moulin. 

Un bain de friteuse au blanc de bœuf.(important) 

Pour la sauce : 

Deux beaux gros oignons de chez nous. 50 grammes de beurre de ferme. 

Une cuillère à soupe de farine de blé. Deux cuillères à soupe de sirop de liège (pommes et poires de la siroperie des Awirs). 

Deux clous de girofle. Une feuille ou deux de laurier (mieux deux petites qu’une grosse, pour le goût). 

Une branche de thym frais. Une cuillère à café de marjolaine séchée ou une cuillère de marjolaine fraîche et hachée  « c’est mieux »). 

Sel et poivre du moulin. 

Préparation et cuisson. 

Pour confectionner les boulets, faire gonfler la mie de pain, 5 minutes, dans un bol de lait tiède. Egouttez à fond (pressez dans les mains). 

Pelez et hachez finement les échalotes. Mettez le hachis dans un saladier, ajoutez-y la mie de pain, l’œuf entier (sans la coquille), les épices, la marjolaine, sel et poivre. 

Mélangez le tout de façon à obtenir une préparation homogène. Avec les mains et de manière équilibrées façonnez 6 beaux boulets. 

Mettre au chaud le bain de friture (au moins 180 à 200 °). 

Plongez les boulets pour qu’ils dorent bien. Les égouttez sur une assiette avec du papier absorbant ou une serviette. 

Garder au chaud (au four mais pas trop chaud). 

Préparez la sauce, Pelez et hachez les oignons (pas trop fin), fondre le beurre et y faire blanchir les oignons. 

Ajouter un peu d’eau (5 à 10 cl et poursuivre la cuisson à feu moyen). Remuez car les oignons ne peuvent colorer. 

Mélanger la farine et 20 cl d’eau chaude. 

Versez sur les oignons et cuisez encore 3 à 4 minutes. Ajoutez le sirop, les épices, la marjolaine,sel et poivre. 

Mélangez le tout et mijotez à feu doux pendant 20 minutes, la sauce doit être épaisse et brillante. 

Un peu moins de 10 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez les boulets à la sauce et réchauffer le tout. 

A déguster chauds avec des frites ou mieux encore avec des « cwènes di gâtes » rôties, au beurre ou cuites à l’eau…avec un peu de beurre et du sel…. 

Bon appétit. 

Raymond. 

     

Publié dans recette de terroir | Pas de Commentaire »

Nos randonnées wallonie france 2009

Posté par randowf le 26 février 2009

Nos randonnées accompagnées en 2009 

Attention, nos randonnées ne concernent que les francophones    les flamands et bataves n’y sont pas acceptés

Les différentes randonnées en « boucle » ont une distance de 15 à 20 kilomètres en fonction des difficultés de terrain. Elles peuvent, à la demande, être aménagées en week-end, avec gîtage de caractère. Plus de détails très bientôt.

Mars : Sentiers et villages oubliés – Vaux-sur-Sûre  

Avril : Arlon la Romaine – Arlon

Mai : Sainte-Ode et Saint-Hubert – Sainte-Ode

Juin : Passeurs de mémoire – Chiny

Juillet : Les peintres de la Semois – Vresse-sur-Semois 

Lors de cette randonnée nous irons à la découverte des paysages qui ont fascinés les peintres de la Semois.  S’il n’y eu pas véritablement d’école de la Semois, la beauté de cette rivière dont Adrien de Premorel disait «qu’elle était la plus femme de nos rivières » ses paysages de brumes, ses forêts longtemps impénétrables, ont fait naître autour de Vresse, la rencontre de nombreux peintres, qui bien que nés sous d’autres cieux s’y sont retrouvés pour en fixer pour l’éternité sa beauté sauvage.   Camille Barthélemy, Marie Howet, Albert Raty (sourd et muet), le pionnier Victor Joly, Henry Bontemps, Jean Dubelloy, sont de ceux-là. Nous verrons, Laforêt, Vresse, Chairière, Mouzaive, ces villages où flottent encore les parfums capiteux du tabac de Semois.  C’est près de 20 km de pur bonheur que je vous convie à partager

Août : 22 août 1914, la tragédie – Rossignol (randonnée souvenir). 1.jpgmarsouin1.gif7.jpg

« ….Il reste de cette journée de sang l’humble monument que de bien rares passants viennent saluer.

Mais ceux-là du moins y viennent demander un secours. Ces pélerins-là ont des âmes tremblantes devant la France.

Accablès d’amour au souvenir de la patrie ils murmurent: « Oh! être digne d’elle! » Et c’est l’ardente supplication qu’ils traînent éternellement avec eux…. » 

texte d’Ernest Psichari en Mauritanie à Niémelane et tué en enclouant son canon à Rossignol le 22 août 1914..

Sur le plan historique, la bataille de Rossignol a été l’un des grands désastres de la bataille des frontières. Pendant la journée du 22 août 1914, la 3ème division d’infanterie coloniale française, un corps d’élite entre tous, constitué d’une majorité d’éngagés volontaires qui ont déjà vu le feu, fut entourée et anéantie…….

Nous randonnerons sur les sentiers et aux différents endroits qui connurent ces effroyables combats…..A Rossignol et en moins de quatre heures, se coucheront sur le champ de bataille 228 officiers et 10.275 sous-officiers et hommes de troupe, tués, blessés et disparus. Sur les huit généraux « morts pour la France » durant toute la durée de la Première Guerre mondiale, deux le seront ce 22 août 1914.

Septembre : Semois et Semoy – Les Hautes-Rivières (F) 

Octobre : Sur les traces des Chasseurs Ardennais – Martelange 

Novembre : Ardenne d’ardoise – Herbeumont 

Décembre : Quand les moines façonnaient le paysage – Orval 

       Retour à la page de présentation 

Publié dans randonnees | Pas de Commentaire »

Arboretum de Frassem (Arlon)

Posté par randowf le 26 février 2009

Arboretum de Frassem (Arlon) dans famille doc arboretum.doc 

L’Arboretum du village de Frassem Situé à quelques kilomètres d’Arlon, non loin de la route menant à Oberpallen (Grand Duché de Luxembourg), l’arboretum de Frassem a été créé en 1990. Il accueille actuellement 48 essences de feuillus exclusivement. Chaque arbre est identifié par son nom vernaculaire (en language commun), son nom latin ainsi que sa famille. Une mare didactique ainsi qu’un kiosque en bois ont été mis en place en 2006. Une livret explicatif a été réalisé par les élèves de la région arlonaise.  Pour obtenir un exemplaire du Guide de l’arboretum ou d’autres informations, il suffit de contacter le Service de l’Environnement au 0032 63 67 00 51.

Publié dans famille, nature, patrimoine, randonnees | 1 Commentaire »

Billy, un an plus tard…

Posté par randowf le 21 février 2009

Salut mon Billy.                                                                                                    05.12.2008. 

Déjà plus d’un an que tu repose au jardin. Il n’est pas un jour que passant face à ton dernier refuge je ne pense à toi. 

Bien évidemment je suis accompagné d’une étrange chienne au long museau, elle est très gentille, je l’aime bien, mais elle n’a pas pris ta place en mon cœur. Nous avons vécu près de 14 ans ensemble et j’ai tant de souvenirs que certains sont enfouis en ma mémoire tellement profondément qu’il faut un hasard pour qu’ils me reviennent. 

Et pourtant que de joies tu m’as données, des problèmes aussi parfois mais si vite oubliés. Les viornes plantées sur ton dernier espace sont bien en forme et je ne doute pas que dans les années à venir un immense bouquet te couvre pour toujours. 

Ton portrait est toujours sur la porte de mon bureau et la carte de ton départ sur le mur. Pour une première fois nous allons partir en France sans toi, c’était bien le Lac du Der quand tu étais avec nous, même si ton petit museau lors d’une curiosité fut piqué par de méchantes guêpes. 

Nous partons avec Baba car nous ne voulons plus recommencer l’expérience de t’avoir un jour laissé en refuge lors d’un séjour de quelques jours et t’avoir retrouvé malheureux comme pas possible. J’ai moins randonné ces temps ci mais je vais m’y remettre, Anne ne demande que cela et ma déprime depuis quelques mois, je le vois bien la tracasse….elle aussi je le sais pense encore souvent à toi. 

Te caresser me manque…petite boule de poils, quand par hasard une image, une photo de toi passe je ne sais qu’être triste de ton absence. Tu sais que je ne crois pas, si toutefois je me trompais (j’en doute) j’espère que là-bas tu gambades heureux sur des sentiers des randos fleurant bon les senteurs de notre Ardenne. 

Et si c’est le cas, je viendrai peut-être bientôt t’y rejoindre ? Tu me manques bébé…… 

Publié dans billy | Pas de Commentaire »

Billy, petit chien bâtard

Posté par randowf le 21 février 2009

Ce texte je l’ai écrit dans la peine et la tristesse à la veille du départ de notre petit chien vers les sentiers de la voie lactée.

Aujourd’hui, pour la première fois, j’ai le courage de le relire et de le partager.

La patte gauche de billy le randonneur (Raymond).

dscn0270.jpg

Tonny.                                                                 Après-midi de ce lundi 26 novembre 2007. 

Testamour d’un chien bâtard. 

Moi, Billy le randonneur. (Texte écrit à l’ordinateur avec la patte gauche). 

Salut Anne !  Je voulais t’écrire de manière pattuscrite, mais tu vois, la droite me fait un peu mal, alors j’ai vite allumé l’ordinateur…. Tu sais, il ne faudra pas (trop) pleurer, mais je crois que je ne vais pas pouvoir encore rester longtemps avec vous deux ! Tu sais près de 14 ans pour un toutou (comme tu m’appelles) c’est déjà pas mal et même si j’ai toujours bénéficié d’une bonne santé, 14 ans cela compte. Je ne suis pas triste, ni malheureux, mon frère lui est déjà là où je vais aller bientôt, je pense qu’il m’attend ainsi que papa et maman. Je suis cependant triste de quitter mon copain, il croit qu’il est mon maître, en réalité, nous n’avons jamais su qui était l’un par rapport à l’autre…..peu importe, nous nous sommes apprivoisés et nous avons vécu tant de choses ensembles. Aujourd’hui, j’ai un peu de peine de partir sur la route avant lui, il est si fragile, sous ses airs de matamore, il est tellement peu certain de lui….quoique depuis que tu es là … Le feu que tu as allumé avant de partir à La Roche crépite dans la cheminée, je suis bien, il fait chaud, tu sais toujours me donner ce que j’aime. Tu sais Anne, quand tu es arrivée dans notre vie, mon copain n’était pas bien, moi je faisais de mon mieux, mais même en l’aimant très fort,  j’avais mes limites, je ne suis qu’un chien et même avec Jules (la perruche) si on faisait les 400 coups cela ne l’amusait pas beaucoup. Et puis tu es venue, je me rappelle, c’était un soir, même que mon copain s’était parfumé comme il ne le faisait plus depuis longtemps….vous êtes partis à deux et quand vous êtes rentrés….je me suis dit, celle là j’aimerais bien qu’elle me caresse tous les soirs… 

Et un jour, des nouveaux meubles sont arrivés, j’avais peur pour ma place dans le canapé, mais non rien que des meubles, pas d’autre toutou que moi et c’est là….que tu m’as regardé, tes yeux étaient pleins de tendresse et moi j’étais en train de tomber en amour de toi ! Comme avec mon copain, nous avons pris du temps pour nous apprivoiser, tu étais un peu fatiguée et nous avons convenu de faire l’après-midi, la sieste ensemble, il n’était pas jaloux de moi mon copain (cela m’arrangeait) et pourtant déjà tu étais mon amour…. Et depuis ce jour, cela n’a fait qu’empirer…..tu as été toujours présente, pour manger, dormir, me promener, me chouchouter, m’embrasser, défendre mes maladresses, nous étions comme un petit couple, moi ton chien, toi mon amoureuse…. Avec mon copain, tu as randonné sur nombre de sentiers, j’étais toujours présent, vaillant et pourtant je fatiguais déjà, j’aimais cela et puis j’étais fier quand à la halte, tu me prenais dans tes bras, je redressais la tête, je te regardais et surtout, autant que tu m’aimais, moi je t’aimais. Hélas, aujourd’hui, je suis un vieux toutou et votre amour, à tout les deux ne sait plus suffire… Demain, après-demain, ce soir peut-être, je vais aller voir après Tity et faire avec lui une fameuse ribambelle, comme au temps de notre enfance, sacré Tity, jamais le dernier pour faire une connerie. Ce soir, je suis un peu triste parce que je n’ai même pas eu l’occasion de dire à Mignonne comme j’étais fatigué et que dorénavant la route était pour elle seule…Et Pénélope que va-t-elle croire,  moi son chevalier….il faudra lui dire ! 

Tu vois Anne, je crois qu’au fil des jours, je suis aujourd’hui, plus ton chien que celui de mon copain, ……Bébé, pépé, papycollant, le petit, le gamin, …..que de noms gentils pour un petit bâtard, mon copain dit que je suis un Yorkniche ou un Canshère, tout le monde en rigole, moi je sais que, ET C’EST LE PLUS IMPORTANT, je suis ton AMOUR. Demain, tu vas rester avec mon copain, tu sais qu’il n’est pas parfait, loin de là, mais lui aussi, il t’aime, à lui aussi, tu es son Amour….lui aussi,  il a maintenant un vieux cœur, alors Anne, prend bien soin de lui avant qu’il me retrouve sur les sentiers que nous avons parcourus…  Je suis serein, lui ne l’est pas, il voudrait me retenir, mais il n’a rien encore admit, lui et moi et personne, ne sommes éternels, nous devons partir pour laisser d’autres venir…..MAIS nous resterons pour toujours dans le cœur de ceux que nous avons aimés …. Tu sais Anne, il me serait agréable, que vous vous souveniez de mes allées et venues en essayant de planquer l’os du jambonneau, de la manière dont je vous arrosait de mes rejets parfumés, de ma manière de vous regarder le soir au coin du feu, de la rudesse de mon poil et de cette manière propre à ma race de se vautrer dans la merde de …, de me blottir entre vous deux sur le lit, de pousser les marcheurs pour qu’ils cèdent le passage, de mes petits coups de nez en réclamant mon jambon, mais aussi de mes soupirs entre vos bras et vos mains enlacées, bref de tout ce qui fut ma vie de chien de luxe entre maîtres qui m’ont aimé…adoré. Quand mon copain est rentré ce midi, j’étais fatigué mais je l’ai salué de plusieurs coups de queue, je sais que tu lui as demandé d’être près de moi, au cas ou, mais tu sais Anne c’est entre tes bras que j’aimerais aller voir après Tity. Mon copain est gentil, je l’adore, nous sommes complices, il parle même à ma place (mais là aujourd’hui c’est moi qui écrit) ……. TOI  JE T’AIME. 

 Billy le Randonneur. Tonny, 48  le  26 novembre 2007. 

 .

 

Publié dans billy | Pas de Commentaire »

Raymond Piette

Posté par randowf le 15 février 2009

bivouac2007.jpgbivouac2008.jpg

Né en terre liégeoise il y a 60 ans, j’ai pour une raison inexplicable toujours considéré que j’étais avant tout Ardennais. Après une vie constituée des errances liées à un métier de la route, c’est donc en Ardenne que je  vis maintenant et aussi en Ardenne que je travaille, et quand je randonne bien évidemment ma priorité c’est…l’Ardenne.  Eco-conseiller en commune, mes préoccupations sont d’ordre environnemental, les incidences de notre manière de vivre sur notre comportement vis à vis du développement durable de la planète retiennent toute mon attention. Conseiller en mobilité, je suis aussi particulièrement attentif à la place des moins valides dans notre environnement citadin.  Ma devise « Résiste et mords » « halten und beissen » est celle des Chasseurs Ardennais et mon animal préféré dans la nature est le sanglier (vous vous doutez pourquoi).  Je vais essayer sur ce blog de rendre vivantes mes randonnées, mais aussi d’ouvrir à tous ceux et celles qui partagent mes espérances de société, l’espace nécessaire à la promotion de leurs réalisations et projets de randonnées et de vie. Pour les autres, tous les avis sont les bienvenus et je ne manquerai pas de les commenter et à l’occasion d’en tenir compte. 

Raymond. 

dscn2865.jpg

Publié dans Presentation | Pas de Commentaire »

Mon engagement avec le R.W.F. (Rassemblement Wallonie France).

Posté par randowf le 14 février 2009

toi2.jpg Depuis longtemps, mon coeur bat en priorité pour la Wallonie, pays de mes pères, ensuite pour la France, pays des libertés et de la solidarité et enfin pour l’Europe, qui devrait nous garantir que plus aucune guerre n’ensanglantera nos terres.

Je ne me suis jamais senti à aucun moment de ma vie, belge, cet anachronisme géographique ne m’importe pas.

Le peuple belge n’existe pas, sauf une obligatoire histoire vécue en commun depuis 1830, mais différement selon que l’on soit du nord ou du sud. Rien ne se ressemble du nord au sud. Les gens sont différents, les paysages, les rivières, le climat, la langue bien évidemment, tout est à l’opposé, même la manière de se nourrir, alors il est plus que temps de divorcer de ce mariage forcé non consommé.  

Déçu de la politique menée par les quatre grands partis belgicains, hors d’espoir légitime pour notre peuple wallon,  pour notre terre wallone de redevenir ce qui avait été magnifié par « le chant des wallons », j’ai décidé de bouger……

S’il est vrai qu’un battement d’aile de papillon au Cambodge produit un cyclone à l ‘autre bout du monde….j’ai décidé de battre de mes ailles au départ de Sainte-Ode…..nous verrons plus tard les résultats.

J’ai donc demandé à Monsieur Paul-Henri Gendebien, (Président du R.W.F.), l’honneur de conduire la liste de l’Arrondissement de Marche-Bastogne-Arlon pour le R.W.F. Mon idée est de présenter une liste R.W.F. sur ma commune de Sainte-Ode aux prochaines élections communales.

Pour pouvoir présenter une liste aux élections régionales du 07 juin 2009, nous avons besoin du parrainage de 220 signatures d’électeurs domiciliés dans les limites de l’Arrondissement Marche-Bastogne-Arlon. Je sollicite donc votre parrainage. Votre engagement ne concerne que ce petit coup de pouce à un « actuel poucet » du monde politique, rien en effet ne vous engage à exprimer dans l’isoloir un vote vers notre liste…….toutefois, cela serait un geste fort vis-à-vis des quatre grands qui se moquent allègrement du peuple au profit des nantis.

Merci de vos parrainages et permettez-moi de compter dans le secret de l’isoloir le 07 juin 2009 sur votre choix.

Raymond PIETTE.                                                                                

Tête de la liste R.W.F. sur l’Arrondissement Marche-Bastogne-Arlon.

Publié dans Elections 7 juin 2009 | Pas de Commentaire »

Elections du 07 juin 2009

Posté par randowf le 14 février 2009

Objectif 5.000 signatures (Europe) et 220 signatures (Parlement Wallon). 

A l’approche des élections du 7 juin prochain, le R.W.F., seule alternative démocratique aux quatre partis habituels (PS, MR, CDH, ECOLO), part avec trois handicaps.

1.L’accès à la chaîne publique lui est interdit 2.Il ne reçoit pas de dotation publique pour mener campagne 3.Il doit récolter 5.000 signatures de citoyen(ne)s pour pouvoir participer valablement aux élections européennes et 220 signatures pour l’arrondissement Marche-Bastogne-Arlon.  Comment nous aider ? 

Téléchargez le document pour l’Europe préparé par le Secrétariat général du R.W.F.
Le formulaire de présentation de l’électeur doit être dûment rempli et signé. Il ne peut servir que pour une seule liste.
Parallèlement, il est recommandé de faire signer.
Le document pour la Wallonie document pour la région où l’électeur est domicilié.(Arrondissement électoral de Marche-Bastogne-Arlon).

Il faut indiquer clairement tous les prénoms qui figurent sur la carte d’identité et mentionner comme commune de domiciliation celle qui y est renseignée.

Téléchargez les documents, imprimez-les, faites-en des copies et faites-les signer par vos amis et vos connaissances (et davantage) !
Diffusez-les par courriel ou tout autre moyen, mettez-les en ligne sur votre blog… 
Attention : la signature n’engage en aucune manière l’électeur vis-à-vis du R.W.F. 

A cette occasion, il s’agit essentiellement d’accomplir un acte citoyen qui permet à un parti, qui n’a pas encore d’élus, de se présenter valablement aux élections.

Le R.W.F. se chargera de donner un numéro d’ordre (coin supérieur gauche) et de faire authentifier les signatures dans les administrations communales (la case intitulée Sceau de la commune dans le coin inférieur droit). 

La date de clôture d’inscription aux élections européennes est fixée au 10 avril 2009.
Autant dire que le temps presse !

Les formulaires sont à renvoyer avant le 27 mars : Raymond PIETTE, Tonny, 48, 6680 Sainte-Ode. Les frais engendrés vous seront naturellement remboursés. 

061.26.75.97.  0478.379.499.   azimut.rando@scarlet.be   www.randowf.unblog.fr    www.rwf.be

Publié dans Elections 7 juin 2009 | Pas de Commentaire »

 

le petit baigneur du salagou |
Les ch tis carpistes II |
vivre et naviguer sur une p... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | isabelle91
| country dance
| Sadisme de Yaourt